La sorcière, unique médecin du peuple pendant mille ans

Description

La sorcière

Unique médecin du peuple pendant mille ans

 Jules Michelet. Relié. 16 décembre 2020.

La Sorcière de Jules Michelet est l’un des plus beaux essais écrits sur ces femmes tout à la fois fascinantes, maléfiques, séduisantes et dangereuses. Ce chef-d’oeuvre de la littérature française, à la sensualité toute inattendue, se lit comme un roman plein d’intrigues. Michelet en grand historien y décrit la corruption de la société, l’idéalisme religieux, les moeurs de l’époque féodale du Moyen Âge… Il explore, de manière intéressante, la psychologie de cette période où le fanatisme et l’intolérance ont conduit à de multiples procès en sorcellerie, à des persécutions récurrentes à l’encontre des femmes ainsi qu’à de nombreux massacres de masse.

Ce livre peut se voir comme un écrit proto-féministe. Au-delà de l’hommage romantique fait aux femmes, Michelet tend, avec ce texte magistral, à leur rendre justice face aux abominables crimes qu’elles ont subis lors de l’Inquisition.

Cette édition en grands caractères comporte une Introduction et les Notes et éclaircissements de l’auteur.

Extrait

Nature les a fait sorcières. – C’est le génie propre à la Femme et son tempérament. Elle naît Fée. Par le retour régulier de l’exaltation, elle est Sibylle. Par l’amour, elle est Magicienne. Par sa finesse, sa malice (souvent fantasque et bienfaisante), elle est Sorcière, et fait le sort, du moins endort, trompe les maux.

Simple et touchant commencement des religions et des sciences ! Plus tard, tout se divisera; on verra commencer l’homme spécial, jongleur, astrologue ou prophète, nécromancien, prêtre, médecin. Mais au début, la Femme est tout.

A lire également

La sorcière est par ailleurs cité dans Disparition des sorcières et inutilité du féminisme chez les Bisounours.

En vrac le lexique pose ainsi le décor du terreau toxique : corruption, fanatisme, religion, intolérance, persécutions, massacres, inquisition, crimePeur et soif de pouvoir, déploiement et usage d’une force qui n’en est pourtant pas une pour user de domination, de terreur et de soumission. Ces femmes qui effraient entre force intérieure et pouvoir de guérison, irrationnel pourtant fonctionnel, illogisme intuitif contre rationalisme.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La sorcière, unique médecin du peuple pendant mille ans”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…